Milton H. Erickson
Résultat de recherche d'images pour "milton erickson citation"

L’hypnotiseur qui réveille

Milton Erickson est le créateur d’une technique d’hypnose, qu’il a mise au point en luttant toute sa vie contre sa propre souffrance. Né dans une ferme du Connecticut, il était dyslexique, daltonien, éprouvait des difficultés à reconnaître les sons, et avait été atteint de poliomyélite à l’âge de 17 ans…

Jusqu’en 1948, Erickson mène une carrière universitaire et clinique de psychiatre. En raison d’une nouvelle attaque de polio, il se consacre ensuite totalement à sa clientèle privée. En cinquante ans de pratique, il a traité près de 30 000 personnes. Durant toute sa carrière, il n’a jamais écrit d’ouvrage théorique. Seules ses conférences ont été publiées.

 

« Nous avons tous des potentialités dont nous ne sommes pas conscients. »

 
 

Définition de l’hypnose, selon Antoine BIOY Que sais-je ? PUF 2007 :

Hypnose : « c’est un mot occidental pour définir un état particulier de transe, et ses applications ». « C’est un mode de fonctionnement psychologique par lequel le sujet, en relation avec un praticien, fait l’expérience d’un champ de conscience élargi », « c’est une conscience corporelle, construite grâce à notre sensorialité ».

 

S’appuyer sur l’inconscient

Sa conception de l’inconscient diffère considérablement de celle de Freud. Pour Erickson, il n’est pas un « refoulé obscure», mais un « réservoir lumineux », à la fois dépositaire de toutes nos ressources intérieures et véritable force positive capable de nous inspirer des solutions pour résoudre tous nos problèmes.
Il faut donc considérer qu’il est notre allié le plus solide et le plus fiable. Autonome, possédant ses modes de fonctionnement particuliers, il détient une sagesse propre, et c’est sur celle-ci que l’on peut s’appuyer pour changer de vie ou de comportement.

Expérimenter l’hypnose
Pour Erickson, l’état d’hypnose est un phénomène physiologique naturel et assez banal, que nous expérimentons chaque jour. Un moment d’inattention, un instant de rêverie, l’immersion dans une lecture passionnante ? Aussitôt que notre attention se déplace en dehors de l’ « ici et maintenant », nous sommes dans un état de « transe commune » très similaire à celui de l’hypnose.

En résumé, il existe les moments de transe physiologique, ordinaires, survenant toutes les 90 à 100 minutes environ, chez tous les humains. Existent aussi les états pathologiques de dissociation, notamment suite à des traumatismes, et qui méritent un traitement pour recouvrer la santé mentale. Il y a aussi les transes induites par l’hypnose, et l’auto-hypnose, en totale sécurité et au service de la psychothérapie au cabinet, comme pour atteindre des objectifs personnels chez vous.

Retrouver ses ressources intérieures
Premier thérapeute à mettre en avant le fait que chacun est unique, Erickson était profondément respectueux de l’individu parce qu’il reconnaissait en chaque être humain l’existence de ressources intérieures extraordinaires : l’intuition qui s’éveille au moment où l’on en a besoin, le geste juste qui s’impose à nous sans que nous ayons eu le temps d’y réfléchir. Ces ressources peuvent être découvertes au quotidien et se développent quand on apprend à être plus attentif à ses sensations physiques les plus infimes.

Pratiquer l’autohypnose
Erickson a été le premier à découvrir la technique et l’efficacité de l’autohypnose. Il est en effet possible, après en avoir fait l’apprentissage, d’entrer par soi-même volontairement en état de transe légère. On peut alors utiliser une technique «sur mesure» : autosuggestion par des images, de la musique, mouvements etc.

Les Thérapies Brèves sont nées aux États-Unis, et sont le fruit d’un travail de recherche mené par l’Ecole de Palo Alto en Californie.

Une thérapie brève est une thérapie qui est co-construite entre le thérapeute et la personne accompagnée. Elle n’est pas forcément « courte » mais elle est au plus juste des besoins de la personne et se centre sur les objectifs que celle-ci souhaite atteindre. Elle est « orientée solution » car elle est centrée sur les ressources internes et externes de la personne et sur ses capacités à retrouver du choix et ses propres résolutions.

Ainsi, les psychothérapeutes en thérapies brèves se distinguent par l’utilisation de différentes méthodes (dont l’hypnose) qui concourent toutes à produire les effets voulus.

Avec les thérapies brèves, il ne s’agit pas de comprendre pourquoi ce problème existe (parfois on ne sait pas !), mais de créer une solution, ou de considérer la solution comme déjà là et parvenir à construire celle-ci.

L’effort du thérapeute s’oriente donc en premier lieu sur les réussites des sujets face aux difficultés, les compétences, ressources et forces. La personne a déjà la réponse à sa difficulté et non le thérapeute. Quoi qu’il en soit, le changement sera inexorable et permanent, et les solutions concrètes existent déjà.